Des assemblées citoyennes mondiales

Yves Mathieu

Les décisions qui se prennent au niveau mondial sur les enjeux concernant l’Humanité restent très éloignées des citoyens alors même qu’elles portent sur des questions essentielles liées à la santé, la gouvernance d’internet, les réfugiés, etc.

Il y a des centaines d’organisations reconnues par l’ONU mais on n’y retrouve pas les citoyens : Tout le monde parle en leur nom sans qu’ils soient véritablement impliqués dans les échanges et débats.

Or, il semble impératif d’avoir dans ces processus de dialogue et de décision, des représentants des citoyens du monde car ils disposent d’une expertise de la vie réelle, au quotidien, sur « le terrain »  que nul autre acteur ne peut apporter, par définition.

Des Assemblées Citoyennes pour débattre des grandes questions de l'humanité et représenter le système vivant.

Yves Mathieu

MON IDEE

Créer à côté des instances élues (ONU, OMS, etc.), des Assemblées Citoyennes tirées au sort pour participer à la réflexion et émettre des recommandations autour d’une grande question sur l’avenir de l’humanité. Les sujets traités pourraient concerner la coopération internationale, la paix, la santé, les réfugiés, les catastrophes, etc.

Prendre en considération le long terme est une dimension fondamentale dans les différents sujets traités par les instances mondiales actuelles.  Les Assemblées Citoyennes pourraient avoir pour fonction de traiter le temps long en se posant la question : « comment ce que nous sommes en train de discuter va impacter les 50, 100 ou 200 prochaines années ? »

Ce type de questionnement est plus difficile à aborder par les gouvernements, compte tenu de leur mode d’élection et de fonctionnement. 

Ces Assemblées Citoyennes pourraient aussi avoir pour mission de représenter le système vivant que constitue la planète et l’ensemble des espèces qui y vivent.

QUI EST CONCERNE ?

L’ensemble des citoyens de la planète, tirés au sort pour faire partie d’une des Assemblées Citoyennes organisées partout dans le monde.

COMMENT CA FONCTIONNE ?

On pourrait s’inspirer de dispositif mis en place à l’occasion de la COP21 à Paris :

  • Il n’y avait pas de commanditaire mais un partenaire, le “Danish Board Tech” pour avoir de la crédibilité, puis des financements via le gouvernement français, le CNDP, (Comité National du Débat Public) une personnalité de la Cop21, des fondations, ... 

  • 10 000 citoyens ont participé à cette démarche avec des assemblées de 100 personnes dans 76 pays avec pour tous,  la même question à traiter

  • Ce qu’il en est ressorti était totalement différent de ce qui a finalement été décidé par les politiques 

 

L’enseignement qui en a été retiré et qu’il s’agit de reprendre pour les Assemblées Citoyennes est de trouver d’abord un commanditaire avant de lancer les réflexions. Ce dernier, forcément plus engagé dans la démarche sera plus volontaire voire volontariste pour porter les résultats de la démarche.

On pourrait ainsi imaginer une alliance entre le Secrétaire Général de l’ONU et quelques gouvernements qui s’engageraient comme co-porteurs du projet sur 5-6 ans à titre expérimental, ainsi qu’avec des entreprises partenaires de l’ONU, des universitaires mais aussi des opposants pour venir enrichir les débats.

Par ailleurs, on pourrait explorer aussi du côté de l’Unesco, de la FOAM ou d’autres organisations de filières présentes sur le terrain pour rejoindre cette alliance.

LES RAISONS D'Y CROIRE

...

L’ONU fête ses 75 ans cette année, c’est le bon moment et ce jusqu’en 2025 pour avancer sur le « perma citizenship » et mener des expérimentations sur les grands enjeux mondiaux .

BIO

Co-directeur de Missions Publiques et organisateur de débats planétaires.

copyleft 2020 par CQFD - Ce Qu'il Faut Développer.

Incubé-Infusé à l'Institut des Futurs souhaitables

SUIVEZ-NOUS SUR : 

  • Facebook
  • LinkedIn Social Icône