L'histoire de(s) l’alphabet(s)

Clair Michalon

Dans le monde actuel où nous sommes connectés à la vitesse d’un clic avec le reste de la planète, et où les cultures se mélangent, nous avons souvent l'impression d'être très différents parce que nous parlons des langues différentes, écrivons parfois avec des alphabets différents que nous ne savons pas forcément déchiffrer.

Et pourtant, à la racine de tout ça, il y a le plus souvent les mêmes “briques de base”, les lettres, dont découlent tous les alphabets. Donc... au-delà de nos différences de langues, nous partageons les mêmes origines linguistiques et sommes, en quelque sorte, cousins.

En effet si l’on s’intéresse à l’origine même de notre langue, et donc aux “lettres” qui la constituent, à savoir l’alphabet, on se rend vite compte que les racines originelles sont en fait communes à celles de nombreux alphabets.

 

De ce fait si l’on se place de ce point de vue, la connaissance de l’histoire de l’alphabet, amène à l’histoire des alphabets, et à la compréhension que ce sont davantage des liens d’inclusion qui nous unissent que des marqueurs de différenciation.

Améliorer notre manière d’être ensemble et diminuer la violence en milieu scolaire.

Clair Michalon

MON IDEE

L’enjeu est donc d’opérer une intégration “horizontale”, de prendre en compte tout le monde, par une politique publique liée au secteur de l’éducation, et de permettre aux élèves de comprendre d’où viennent les lettres de l’alphabet et ainsi de changer leur regard sur le monde via l’enseignement de l’histoire de chaque lettre.

En reprenant la genèse de l’écriture, on passe par les différents alphabets du monde. Par induction, les enfants en tireront la conclusion que nous sommes tous cousins.

QUI EST CONCERNE ?

Tous les élèves en situation d’apprentissage scolaire sont concernés par cette thématique simple et facile à mettre en oeuvre, de l’apprentissage de l’histoire des lettres de l’alphabet qu’ils utilisent au quotidien.

COMMENT CA FONCTIONNE ?

Trois options/phases seraient envisageables pour la mise en application de ces cours :

  • Rédaction d’un livret en partenariat avec l’Institut des Futurs souhaitables (IFs) sur la base des travaux de Clair MICHALON, pour fournir la matière et le support pédagogique aux enseignants 

 

  • Intégration de cette idée dans les manuels d’apprentissage de la lecture et de l’écriture pour l’inoculer à la base dans les programmes scolaires 

 

  • Conception d’un dessin animé éducatif, et diffusion par exemple sur France 5 ou France 2, à raison d’une fois par semaine

POUR ALLER PLUS LOIN

Afin d’avancer et de “designer” les outils nécessaires à cet enseignement, certaines pistes sont à explorer :

  • Dans le monde des médias: le travail de Thomas Bonne est intéressant pour la réalisation des supports vidéo (réalisation d’un documentaire - en cours) 

 

  • Dans le monde de l’éducation: donner un cours sur l’origine de l’alphabet aux instituteurs dans le cadre de leur formation initiale (1 heure de cours, si le document est conçu au préalable) 

 

  • Organisation d’un entretien avec La Présidente du Conseil Supérieur des Programmes au ministère de l’éducation nationale, Mme Souad AYADA 

 

  • Organisation d’un entretien avec Gilles Poux, maire de la Commune de La Courneuve pour être dans l’inclusion des populations les plus fragiles, car il est familier avec cette idée que Clair MICHALON lui a déjà présentée 

 

  • Salima YENBOU, députée européenne, a expérimenté dans son ancienne école l’enseignement du “mot du jour” avec succès, et serait donc probablement porteuse de cette expérimentation 

 

  • Fabien Pujervie : inventeur du “mot du jour” et de mille autres astuces pédagogiques, formateur d’enseignants à Evreux, est également un acteur potentiel à questionner.

LES RAISONS D'Y CROIRE

...

La simplicité du concept et de mise en oeuvre de cet enseignement, son efficacité dans ces enrichissements et amélioration du niveau de connaissance des élèves, sont des facteurs de confiance qui permettent de croire en la réalisation et l’utilité d’une telle proposition.

Dans la mesure où cet enseignement ne porte pas sur l’idéologie, il devrait être accepté plus aisément car il correspond à une réalité historique. Il faut donc communiquer largement dessus pour que les enseignants se l’approprient et le mettent en pratique.

 

Par ailleurs, un autre outil pédagogique sur la même thématique de la connaissance et de l'enrichissement de la langue française, “le mot du jour”, a déjà été expérimenté avec des résultats probants. Les établissements qui ont mis cette pratique en place notent une forte diminution de la violence car la capacité à nuancer les propos s’améliore grandement. Ce précédent dans l’utilisation d’un outil relativement similaire, laisse à penser que les résultats ne peuvent être que bons.

LIENS UTILES

  • Mystères de l’alphabet, Marc-Alain Ouaknin, éditeur Assouline.

BIO

De formation agronome spécialisé en agronomie tropicale, Clair MICHALON a effectué de nombreuses missions comme formateur agronome (Algérie) et responsable de projets de développement (Gabon). Il conseille les ONG et les entreprises internationales sur les questions interculturelles (préparation à l'expatriation, préparation des volontaires), ainsi que les collectivité locales (gestion de la diversité humaine). Anthropoconteur, il est l'auteur de plusieurs ouvrages traitant des relations interculturelles. Il cherche à approcher les hommes par une autre lecture des différences culturelles et bâtir les moyens du "vivre ensemble".

copyleft 2020 par CQFD - Ce Qu'il Faut Développer.

Incubé-Infusé à l'Institut des Futurs souhaitables

SUIVEZ-NOUS SUR : 

  • Facebook
  • LinkedIn Social Icône