Mission Lab

Rémi BOURGANEL

Le Mission Lab a pour vocation de mettre en oeuvre le savoir-faire du design en stratégie et conduite du changement pour identifier, produire et diffuser les leviers facilitant l’accélération de la transition des entreprises en faveur de la prospérité, de l’équité sociale et la résilience.

Aider les entreprises à (re)donner du sens à leurs activités.

Rémi BOURGANEL

QUI EST CONCERNE ?

Toutes les entreprises qui veulent s’engager dans cette voie, ses dirigeants et ses salariés.  

Le think tank travaille également avec des acteurs publics et institutionnels, qui le fondent. L’EàM est en effet un levier idéal d’un Etat stratège pour faciliter des transformations systémiques, des transformations de filière via les plateformes BPI et des transformations régionales (CDC/BPI/agences “d’innovation).

MON IDEE

Il fut un temps, pas si lointain où les entreprises pouvaient seulement se créer au travers de guilds, par et pour lesquelles elles s’engageaient à servir un projet/ une cause qui dépassait leur seul intérêt. A titre d’exemple, la Compagnie des Indes en Angleterre au 19ème siècle œuvrait au service d’une (certaine) vision du progrès, et s’engageait au développement du commerce maritime (systèmes de navigation, développement des ports, etc).

Le projet de l’entreprise a progressivement dérivé vers la théorie de Milton Friedman de la shareholder value jusqu’à la crise financière de 2008. C’est à dire que la pensée dominante était que la raison d’être d’une entreprise (côtée) était l’optimisation du profit au bénéfice des actionnaires, favorisant ainsi les visions court-termistes et rendant difficile l’engagement des chefs d’entreprise envers les enjeux sociaux et environnementaux.

 

Dans un monde où les limites de la croissance sont débattues, où la nécessité d’engager une approche systémique pour changer notre rapport productif à ce monde fini, les entreprises restent un levier majeur pour accélérer une transition vers une humanité qui prospère dans les limites de la planète.  

Pour cela, il est nécessaire de passer de la Shareholder value (valeur des actionnaires) à la Stakeholder value (valeur pour les parties prenantes), c’est à dire ré-ancrer l’activité de l’entreprise dans un projet, en faveur des enjeux sociaux et environnementaux.

Entre entreprise commerciale et organisation à but non lucratif, une 3ème voie apparaît avec l’entreprise à mission, qui se perçoit comme une force de transformation de la société, qui ambitionne d’explorer un futur souhaitable et contribuer au développement d’outils et de territoires de création de valeur inédits (Prophil, 2019), via le modèle d'integrated value (Vissers, 2017), par exemple, et l'intégration de l’enjeu des communs. 

 

Depuis 2019, la loi Pacte permet en effet à une entreprise lucrative d’inscrire dans ses statuts un objet social élargi à des sujets sociaux et environnementaux, de définir une raison d’être et d’opter pour une qualité d’entreprise à mission, avec des missions opposables à l’égard d’un comité de mission. Elle offre ainsi un cadre aux entreprises leur permettant de protéger l’ambition d’impact social et environnemental et d’aligner leur modèle économique sur cette ambition. 

Au-delà de la question juridique, l’Entreprise à Mission doit se doter de moyens pour organiser ses missions et sa transformation. Ces moyens restent largement à inventer. 

Il est possible qu’avec la crise économique qui va suivre après la crise sanitaire du Covid, les entreprises motivées soient contraintes financièrement de se recentrer sur le cœur de métier. Quand le gouvernement pourrait opter pour des aides conditionnées. 

Comment alors tracer le sillon de cette 3ème voie et accélérer la mise en œuvre de la loi pacte ?

Le Mission Lab a pour vocation de mettre en oeuvre le savoir-faire du design en stratégie et conduite du changement pour identifier, produire et diffuser les leviers facilitant l’accélération de la transition des entreprises en faveur de la prospérité, de l’équité sociale et la résilience. 

Lieu de réflexion, de plaidoyer et d’expérimentation, qu’on appellerait Advocacy Think et Do tank, il accompagne concrètement les entreprises à explorer leur transformation vers le design d’un portfolio et d’un chemin de missions. 

 

Les missions du Mission Lab permet de :

  • réunir et promouvoir les meilleures publications sur les entreprises à mission afin d'accélérer leur diffusion

  • concevoir et diffuser des outils originaux pour favoriser une transformation systémique, qu’elle soit thématique ou sectorielle, à travers des ateliers, des formations, etc.

  • valoriser le leadership du design et sa capacité de stratégie et conduite pluridisciplinaire du changement

  • valoriser l’écosystème du design et des futures “Agence régionales de mission” et DesignLabs (premier ouvert à Rennes, en septembre 2019) sans les concurrencer.

 

Avec le Mission Lab ... 

  • les entreprises réalisent que devenir une Entreprise à Mission n’est pas un coût mais un profit, démontrant ainsi que la question sociale et environnementale est essentielle 

  • les Entreprises à Mission se déploient partout 

  • Cela devient le statut par défaut !

COMMENT CA FONCTIONNE ?

Le design comme forme de conduite de stratégie et catalyseur du changement est au cœur du projet.

 

Il s’agit d’une méta-méthode qui fait travailler les experts ensemble, et produit des outils, des services, de la médiation d’acteurs. Le design facilite l’intelligence pluridisciplinaire et l’émergence de communautés d’actions pour l’accélération d’une transformation systémique à dessein. 

Exemple d’outil :  l’échelle de mission, pour permettre à l’entreprise de sortir de sa logique d’auto-optimisation et passer de l'entreprise "vaillant héros solitaire" à l'entreprise "en coalition" (en s’alliant avec d’autres entreprises), jusqu'à l'entreprise “en co détermination” portant des missions co-déterminées, notamment avec les citoyens.

Sur cette dernière marche (co-détermination), plutôt que de se décréter à mission, l’entreprise s’associerait ou se verrait attribuer des missions au travers d'un débat qui peut impliquer les citoyens, des ONG, etc...

LES RAISONS D'Y CROIRE

  • Les salariés sont plus que jamais en quête de sens et d’une raison d’entreprendre.

  • La crise actuelle va donner envie à une majorité d’entreprises de se resserrer sur leur coeur de métier, et/ou d’affirmer leur place dans la chaîne de valeur, remettant ainsi le sens (‘mission’) et la responsabilité des entreprises sur le devant de la scène.

 

  • Les entreprises à missions vont être de plus en plus promues, à la fois par des consultants, des agences et potentiellement par tous les acteurs de l’accompagnement stratégique, comme relai, après la transformation digitale mais plus encore par l’injonction sociale. 

Exemples d’entreprises qui se sont lancées dans l’aventure. 

  • MAIF, créant du sens pour leurs clients donc de la fidélité et des frais de dossier moindres (cercle vertueux)

  • CAMIF, ayant relocalisé une industrie, embarqué les fabricants dans la conception et ainsi, pérennisé l’activité

  • Bientôt YVES ROCHER et DANONE

 

De grands comptes réalisent l’intérêt d’un tel think tank et des transformations et des synergies qu’il va leur permettre d’engager.

BIO

Remy BOURGANEL est chercheur, enseignant en metadesign et directeur transformation. Designer de formation, il s'intéresse aux moyens du digital pour augmenter nos capacités de perception, de réflexivité et d’action.

Après un parcours dans plusieurs entreprises internationales de télécommunications à explorer les usages émergents des nouvelles technologies et piloter la création de nouveaux produits, il accompagne aujourd'hui les organisations qui veulent co-construire les écosystèmes de demain.

Cet ancien élève des Arts-Déco et de Cambridge souhaite ainsi valoriser le design comme moyen de médiation et d’engagement de tous au service d'une transformation systémique.

copyleft 2020 par CQFD - Ce Qu'il Faut Développer.

Incubé-Infusé à l'Institut des Futurs souhaitables

SUIVEZ-NOUS SUR : 

  • Facebook
  • LinkedIn Social Icône