Le mot du jour

Clair Michalon

A l’heure où la violence scolaire fait souffrir élèves et professeurs, le « mot du jour » propose d’améliorer le « vivre ensemble ».

L’apprentissage de plus de mots pour moins de violence dans les collèges.

Clair Michalon

MON IDEE

Imaginons… chaque jour, chaque collège affiche un mot nouveau par niveau - mot repris toute la journée par les enseignants pendant leurs cours, leurs échanges, leurs exercices, diffusant de ce fait des acceptions différentes.

 

Cet accroissement de mots dans le vocabulaire des élèves les dote alors d’une capacité nouvelle pour exprimer leurs sentiments, formuler leurs émotions, identifier leurs sensations, qualifier leurs états d’être.

Or il est démontré que l’enrichissement du vocabulaire a une incidence sur la baisse de la violence.

4 années de collège représenteraient ainsi l’acquisition de 800 mots nouveaux pour le collégien… quand, à titre de comparaison, la presse régionale a un thésaurus de 750 mots.

L’intention de cette invention de Fabien Pujervie, formateur d’enseignants à Evreux : Instituer ce principe pédagogique, en prônant le mot du jour afin de mettre à disposition des élèves un éventail de mots large et varié permettant de diminuer la violence en milieu scolaire et d’améliorer le “vivre ensemble.

QUI EST CONCERNE ?

Les collégiens dans un premier temps.

COMMENT CA FONCTIONNE ?

L’équipe pédagogique détermine en début de trimestre la liste des « mots du jour ».

Sachant que la plupart des établissements disposent aujourd’hui d’écrans dans le hall d’entrée, il est facile de les utiliser pratiquement pour relayer le mot du jour. Donnant lieu à…

  • Une mesure ayant un fort impact et facile à mettre en œuvre

  • Des fiches pédagogiques pour des listes de mots nouveaux

  • Le tout pour un investissement financier quasiment nul.

LES RAISONS D'Y CROIRE

Simple et efficace, ce principe pédagogique a déjà été expérimenté, rencontrant des résultats probants. Les établissements ayant mis cette pratique en place ont noté une forte diminution de la violence du fait d’une capacité à nuancer les propos grandement améliorée. En effet, dans son ancienne école, Salima Yenbou, députée européenne, a expérimenté ce « mot du jour ».

 

De même, plusieurs établissements d’enseignement privé catholiques ont montré de l’intérêt pour ce projet. Et l’amélioration du climat scolaire dans les établissements qui l’ont mis en place a été notable entre son côté ludique (exemple de moments où il était demandé de repérer le mot dans les cours par exemple), et les retours très favorables des parents sur les nouveaux mots rapportés à la maison par leurs enfants.

BIO

De formation agronome spécialisé en agronomie tropicale, Clair MICHALON a effectué de nombreuses missions comme formateur agronome (Algérie) et responsable de projets de développement (Gabon). Il conseille les ONG et les entreprises internationales sur les questions interculturelles (préparation à l'expatriation, préparation des volontaires), ainsi que les collectivité locales (gestion de la diversité humaine). Anthropoconteur, il est l'auteur de plusieurs ouvrages traitant des relations interculturelles. Il cherche à approcher les hommes par une autre lecture des différences culturelles et bâtir les moyens du "vivre ensemble".

copyleft 2020 par CQFD - Ce Qu'il Faut Développer.

Incubé-Infusé à l'Institut des Futurs souhaitables

SUIVEZ-NOUS SUR : 

  • Facebook
  • LinkedIn Social Icône