(Re)définir une raison d’être au niveau de la Nation

Martin Serralta

La France connaît une instabilité sociale, une insatisfaction chronique de ses citoyens depuis de nombreuses années et en particulier une défiance structurelle vis à vis des politiques.

La crise sanitaire actuelle, en questionnant les décisions au service du bien commun crée une opportunité de s’interroger : qu’est-ce qui motive nos décisions ? Quel est notre projet de société ? De quoi avons-nous envie, nous français, aujourd’hui en 2020 ?

Pour qu’il y ait une dynamique collective, il faut un projet collectif connu et partagé.

Or, le projet existant encapsulé dans les quatre textes du bloc constitutionnel, un document de 40 pages est inconnu du plus grand nombre. 99% des français ne le connaissent pas et ne l’ont pas lu ! 

Pour celles et ceux qui s’y intéressent finalement, elle pose question. Le rapport au pouvoir lui-même qui y est décrit, qui date de 1958, n’est plus forcément adapté aux grands enjeux et défis actuels de notre société

 Il n’y a pas de dynamique collective sans projet collectif.

Martin Serralta

QUI EST CONCERNE ?

L’ensemble des citoyennes et des citoyens français, volontaires pour participer à la création et la diffusion des supports pédagogiques, participer aux débats organisés sur le territoire et/ou prendre en charge l’organisation d’un ou plusieurs débats dans sa famille, son cercle d’amis, son entreprise ou encore son territoire.

MON IDEE

Susciter la question « Quelle est notre raison d’être pour la nation ? Quel est notre projet de société ? » 

 

Faire comprendre et diffuser cette question pour qu’elle devienne prégnante à tous les niveaux de la société et suscite un questionnement sur ce qui est vraiment important pour les françaises et les français aujourd’hui : quelles priorités ? quels enjeux ?

 

Prendre la Constitution actuelle comme support de départ de la réflexion (ce qui suppose de l’avoir lue au préalable) et faire réfléchir nos concitoyens au projet collectif qu’ils souhaitent pour notre pays : (re)définir une raison d’être au niveau de la Nation.

COMMENT CA FONCTIONNE ?

Créer des supports pédagogiques, des interpellations et les diffuser par les réseaux sociaux pour donner envie de s’intéresser à cette question.

Les supports peuvent être de nature différente : 

  • Supports pédagogiques libres et gratuits : articles, vidéos pédagogiques, format court, podcast

  • Supports pour faire sa propre constitution, kit pour un dîner sympa sur la constitution, kit pour une animation avec des groupes de jeunes, kit pour un débat au bureau sur la Raison d'Être nationale et de l’entreprise…etc

  • Support d’interpellations téléchargeable ou commandables en ligne : affiche, sticker, t shirt, badges

Contenu : extrait de la Constitution, interpellations avec contenu, articulation de la raison d'être avec les décisions du quotidien, pourquoi ca fait sens à l’échelle locale et nationale…

 

1. Mobiliser un collectif de talents divers prêt à “designer” les supports : graphistes, publicitaires, rédacteurs concepteurs, spécialistes des jeux de mots qui tuent, pédagogues, etc.

 

2. Diffuser en licence Creative commons sur les réseaux sociaux avec un site internet chapeau avec l’aide de tous les membres de la communauté et les partenaires de l’Institut des Futurs Souhaitables

 

3. Organiser un ou deux débats locaux – faire un communiqué de presse

 

Il ne s’agit pas de proposer le contenu en tant que tel de la Constitution mais de permettre un débat qui met cette question au cœur des prochaines échéances politiques nationales, interroger le moteur de nos souhaitables à l’échelle nationale. 

LES RAISONS D'Y CROIRE

...

Les récentes crises des « gilets jaunes » ou des « bonnets rouges » avec d’un côté les mesures demandées par les manifestants et de l’autre celles proposées par le Gouvernement ont mené à des impasses. Tant que l’on discute « mesure contre mesure » on ne peut pas s’entendre. 

 

S’interroger d’abord sur la raison d’être, sur ce qui est vraiment important pour nous, c’est ce qui met en capacité ensuite, de prendre des décisions opérationnelles partagées.

Fisher a très bien décrit cette mécanique qui consiste à sortir des positions pour aller vers les « intérêts non négociables » qui sont au cœur d’un projet de société.

Réfléchir aux enjeux de société, au projet collectif est le seul moyen de résoudre les crises sociales, en dépassant les positions antagonistes.

BIO

Après un parcours dans l'innovation et la transformation chez Danone, puis dans une ONG, Martin SERRALTA est aujourd'hui Prospectiviste au sein de l’Institut des Futurs souhaitables (IFs). Ses recherches portent sur la raison d'être des organisations complexes, les transformations sociodynamiques et les processus de décisions. A travers ses activités de formateur (sur les organisations souhaitables), conférencier et consultant auprès des organisations publiques et privées, il interroge nos règles du jeu et nos façons de « faire société », en développant une analyse biomimétique des organisations.

copyleft 2020 par CQFD - Ce Qu'il Faut Développer.

Incubé-Infusé à l'Institut des Futurs souhaitables

SUIVEZ-NOUS SUR : 

  • Facebook
  • LinkedIn Social Icône